La formation: aperçus et témoignages d'élèves

Pour vous donner des idées de ce qui se fait dans cette formation, vous trouvez ci-dessous deux types de bilans: d'une part un rapport d'activités de septembre à novembre 2012 réalisé par Antoine REBIC, d'autre part les impressions et premiers bilans de quelques-uns des élèves 2010-2011 qui datent tous du 18 novembre 2010, c'est-à-dire quelques jours avant la fin de la première période au Lycée et le début du premier stage en entreprise. Autant dire que, dans les deux cas, ce sont quand même ici des habitués qui expriment leurs appréciations et constats au bout de dix semaines de formation. Et que ce sont donc des points de vue qui ont eu le temps de s'affiner et de s'affirmer au long des dix semaines. Je vous laisse "lire" ce rapport d'activités et "écouter" ces témoignages.

Rapport d'activités de novembre 2012 par Antoine Rebic

rapport-d-activites-sept-nov-12-rebic-antoine.pdf rapport-d-activites-sept-nov-12-rebic-antoine.pdf

Impressions et bilans de novembre 2010

Clément Riou :

Quand les élèves se présentent, nous constatons que nous venons des 4 coins de la France: les Vosges, la Vendée, la Normandie, … En effet il n’existe qu’une seule formation de ce type en France. Nous avons aussi des parcours très différents : un élève vient de productique, un autre de mécanique moto, et les autres de maintenance automobile ; certains viennent ici après leur baccalauréat, d’autres après un Bts, et un autre après une licence professionnelle.
L’ambiance est très décontractée et l’accueil très chaleureux. Et en ce qui me concerne, mes impressions au bout de dix semaines sont excellentes avec une liberté d’expression et de création, un enseignement différent, une mise en valeur de la pratique, des gens très sympathiques (élèves, professeurs et personnels), un lycée accueillant et à l’écoute, une infrastructure moderne et très bien équipée et des outillages et équipements à la pointe de la technologie.

Maxime Lehuédé :

Cette formation correspond vraiment à ce que je recherchais car elle me permet d’approfondir mes connaissances dans le domaine de la métrologie, de la conception des pièces, de l’usinage qui était totalement inconnu pour moi et qui se révèle très intéressant, de la soudure sur différents postes, de la modification des pièces d’origine aux calculs et différentes courbes.

David Coddet :

Pour faire le bilan de la première partie de l’année, le mot qui me vient est « liberté » qui va de pair avec la « confiance » qui nous est accordée. Pourquoi liberté ? Parce que chaque élève organise son propre planning avec ses objectifs, et les professeurs sont là pour nous conseiller et nous aider.
Liberté de mouvement, nous en avons beaucoup : on peut très bien à tout moment aller en usinage adapter une pièce ou en fabriquer une, ou dans l’atelier soudure.
Liberté de choix du moteur : le fait que chaque élève possède un moteur différent de celui des autres permet d’élargir plus vite nos compétences grâce au transfert de connaissances entre nous.
 De plus, l’ambiance qui règne dans cette formation est excellente parce que tous les élèves présents sont hyper-motivés et ont la même passion en commun ; ceci crée de fait une homogénéité dans la classe.

Mathieu Corbet :

C’est un mode d’enseignement que je ne connaissais pas jusqu’à présent, et que je trouve vraiment instructif. Nous apprenons énormément par les activités pratiques qui occupent la plus grande partie de notre temps. Ici, le cours est « à la carte », suivant l’activité du moment, ou une question pertinente d’un élève.

Valentin Guilbaud :

J’ai le sentiment d’être encore plus passionné qu’a la rentrée tellement il y a de domaines à découvrir au fur et à mesure que mon projet avance ; on ne nous donne pas de réponses toutes faites, et cela nous oblige à nous renseigner et donc à approfondir nos connaissances. On rencontre des anciens élèves qui passent nous voir ainsi que des entreprises, ce qui permet d’avoir un contact direct avec le milieu professionnel.

Date de dernière mise à jour : 25/07/2013

×